Choisir la fuite ou la réalité? Passer de l’impuissance à la puissance

Choisir la fuite ou la réalité?
Passer de l’impuissance à la puissance

Dans notre monde de productivité il y a aussi la superficialité. Tout doit aller vite, vite… Ce qui nous amène parfois à perdre le discernement entre le courage d’approfondir ce qui est important et l’abandon de soi par le « laisser aller » ! L’excuse « c’est trop compliqué » est utilisée à toutes les sauces. Dans cette ère de recherche de notre potentialité, la fuite est parfois présente sous un masque de positivisme déguisé. Alors… allons nous choisir la fuite ou la réalité?

Reconnaitre sa réalité

Une difficulté à accepter son corps, par exemple, un dérangement dans une relation amoureuse, un conflit au travail, ou le doute de soi… tout ceci peut faire partie de notre réalité quotidienne. Ce n’est pas parce qu’une personne met un bel habit, ce qui lui fait du bien pour la journée, signifie qu’elle a accepté son corps. Tout comme cet habit, la pensée positive et l’attitude optimiste sont des outils nécessaires et aidants. Mais utiliser la pensée positive pour couvrir le malaise est une fuite. Régler « en surface» nos dérangements entretient l’impuissance, le « petit » en soi et la déception.

Le regard extérieur et l’idéalisation

Avez-vous remarqué comment les médias et les réseaux sociaux entretiennent très souvent l’image parfaite d’une personne heureuse ou celle qui voyage, celle qui reçoit un diplôme ou même d’un couple heureux? Mais quel impact ces images ont-elles sur nous? Tout d’abord, nous recevons une image parfaite du bonheur, de la réussite, etc. Cette image amène à l’idéalisation d’un état, d’un statut, d’un couple et ultimement du bonheur. Il est important de réaliser tout l’impact que ces images ont sur nous et sur notre vie. Également il est important de réaliser que cette idéalisation nous influence à être dans un mode consommation à la recherche de la perfection. Alors nous pouvons fuir nos espaces d’inconfort par une attitude, par exemple, « c’est compliqué… je passe à autre chose » ou à entretenir une image de paraître. Sur le coup, cette attitude peut apporter une forme de satisfaction temporaire mais l’insatisfaction refait surface jusqu’à et nous partons de nouveau à la recherche de l’idéal pour ensuite vivre la déception et… le cycle recommence.

Alors comment développer la capacité de se voir dans sa réalité et d’aller plus loin? Je vous partage ici une analogie inspirée d’un processus de transformation unique.

L’huître et la perle

Quand un grain de sable tombe dans la coquille de l’huître, il représente une difficulté pour elle, il la gratte et la démange. Ne pouvant pas le sortir de sa coquille, elle se met au travail. Elle sécrète une matière spéciale pour polir ce qui est rugueux et irritant. En faisant face à sa réalité présente, sans la fuir, la juger ou pleurer sur son sort, elle fait les efforts nécessaires et ce grain de sable devient lisse, poli et velouté… Une perle est ainsi créée !

Transformer les inconforts en trésor

En regardant nos dérangements, c’est-à-dire les obstacles que nous rencontrons, au lieu de les fuir en se disant « c’est compliqué » ou de nous plaindre, osons nous regarder avec honnêteté et profondeur. Nous réaliserons que c’est en travaillant ces dérangements, en les polissant comme l’huître, que nous les transformerons en trésor… N’est-ce pas magnifique?

Un des préceptes du bonheur, tel qu’enseigné par le bouddhisme, est d’accueillir la réalité de la vie dans tout ce qu’elle comporte, dont la souffrance qui en fait partie. Par exemple, orsque nous avons mal dans notre corps, l’attitude que nous aurons face à cette souffrance fera la différence. Sommes-nous impuissants? Ou, tout en reconnaissant la réalité présente, nous trouvons les meilleurs moyens pour prendre soin de nous et de la situation. Lorsque l’enfant tombe, c’est pour mieux apprendre à se tenir en équilibre. C’est une des étapes essentielles faisant partie du processus d’apprendre à marcher pour ensuite courir. Dans chaque situation de vie, il y a des trésors à découvrir dont la découverte de notre propre puissance.

La connaissance: corps, cœur, esprit

Nous avons tous en nous ce qui est nécessaire pour vivre le bonheur. Réalisons que le bonheur n’est pas synonyme de la fuite des inconforts, mais bien d’être dans l’accueil de sa réalité. Pour cheminer vers ce bonheur, la connaissance de soi est une clé maitresse. Apprendre à être à l’écoute de son corps nous donne des informations importantes sur l’état de notre cœur sentiments, émotions, besoins) et l’état de notre esprit (le type de pensées que nous entretenons). Afin de pouvoir nous aligner sur le chemin du bonheur, développons cette connaissance de soir. Ele sera un outil des plus puissant pour nous aider à reconnaître notre pouvoir intérieur. Notre regard, notre attitude et nos actions se transformeront, avec conscience, courage et humilité. Nous deviendrons créateurs !

Transformez vos malaises en trésor… et vous découvrirez la grande richesse à l’intérieur de vous… Soyez dans votre puissance!


Antoinette AuteureAntoinette Layoun Conférencière, auteure du best-seller Les dix clés de l’amour et fondatrice de l’Universcité Antoinette Layoun. Créatrice de l’approche Architecture Humaine (AAH) et la communication C.O.E.U.R., thérapeute spécialisée, yogacharya (maître en yoga) et Lauréate Prix du Public pour la Paix. Formatrice certifiée de l’institut HeartMath®. Elle anime plusieurs cours, ateliers ainsi que les Retraites Shanti et voyages: découvertes et mieux-être.

Partager avec vos amis...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Les commentaires sont fermés.